BIA : l’activité Crédit Documentaire export a doublé en volume en l’espace d’un an

Interview de Mme Yamina Chibab, Responsable Crédits documentaires, et Monsieur Gravade, son adjoint (SAB Infos - Septembre 2008)

La BIA, est une banque commerciale française, filiale de deux banques d’état, la Banque Extérieure d’Algérie et la Libyan Foreign Bank. Ces deux banques sont pour chacun de leur pays, la première banque ; elles sont notamment en charge des transactions sur hydrocarbures vers les pays importateurs (USA, Europe, Asie).

Son capital de plus de 158 millions d’euros, lui donne des moyens importants et la solidité financière pour assurer sa position de banque de référence en Europe pour le commerce entre les deux rives de la Méditerranée.

La BIA est équipée de la plateforme SAB pour l’ensemble de son activité depuis 2003.

La clientèle de la BIA est essentiellement composée de Banques (250 environ) et d’Entreprises (300).

Les banques sont principalement des banques algériennes ou libyennes intervenant sur toutes les opérations de commerce extérieur, et des banques d’Afrique ou du Moyen Orient. La BIA confirme les crédits documentaires émis par ces banques.

La clientèle Entreprises est constituée par les exportateurs vers ces pays et par les importateurs souhaitant avoir un interlocuteur financier proche de leurs fournisseurs.

L’activité se focalise sur le crédit documentaire, sur les flux de paiement et sur le financement ou les garanties.

Le volume de crédits documentaires atteint cette année plus de 2 milliards d’Euros, pour environ 3000 dossiers ouverts.

Le produit phare est le crédit documentaire (Export et import), puisqu’il s’agit principalement pour les entreprises d’Algérie, de Libye et d’autres pays d’Afrique et du Moyen Orient, d’importer des biens. La BIA ne se concentre pas sur les entreprises françaises, elle est ouverte sur l’Europe et sur l’Asie.

La BIA garantit aussi les flux entre l’Algérie et la Libye qui sont de plus en plus importants.

L’activité documentaire représente 50% du PNB de la banque.

Mme Chibab pilote l’ensemble de cette activité back office documentaire avec 7 négociateurs, experts en ce domaine, pour mettre en place les crédocs, valider les documents, gérer la vie du produit (modification, prorogation, …).

La nature des biens financés par Credoc est très hétérogène, il ne s’agit pas uniquement de biens manufacturés, mais d’usines clef en main (construction, maintenance, formation), de bétail ou de volailles destinés à l’abattage ou à l’élevage, de produits céréaliers, de véhicules d’occasion … Le besoin crée le Crédoc !

 

En moyenne, ce sont des opérations à 3 mois, en Euros, avec 1à 2 utilisations. Certains dossiers ont eu plus de 120 utilisations mais sur des échéances à 3 ans ! Les montants sont comme les sous-jacents extrêmement hétérogènes d’une opération à l’autre, de quelques milliers d’Euros à plusieurs millions. Les tarifs s’adaptent à la taille des dossiers, du forfait pour les dossiers inférieurs à 25K€ au tarif personnalisé.

Cette activité requiert une analyse pointue du risque Crédit sur les contreparties bancaires, et du risque de blanchiment très sensible dès lors que l’on travaille avec des pays et des contreparties « moins connus ». Le Back Office travaille en liaison étroite avec la Direction des Risques et le Service Commercial, à chaque étape des dossiers.

La BIA a été le client contributeur au module actuel des crédocs, et son pilote. Le module offre aujourd’hui des automatismes facilitant le travail au quotidien des équipes :

  • l’intégration des messages swift MT7XX,
  • la production de messages sortant de notification et de modification
  • la récupération directe des champs pour éviter les ressaisies, source classique d’erreur,
  • l’intégration du module avec la gestion des limites, la comptabilisation,
  • la vision des règlements à venir sous 48 heures et le déclenchement des messages de paiement (MT103 ET MT202)
  • la possibilité de proratiser les commissions en gestion.

L’activité Crédit Documentaire export a doublé en volume en l’espace d’un an, traduisant le dynamisme économique de l’Algérie, de la Libye et des pays du Moyen Orient, mais aussi le professionnalisme des équipes de la BIA !