Un an après !

Selon un sondage récent, les français ne se sont pas rués sur ce dispositif. Les intentions de changer pour une banque en ligne, et plus particulièrement pour une banque sur smartphone, augmentent toutefois. Surtout chez les moins de 35 ans. 

Un an jour pour jour après l’entrée en vigueur de la loi Macron sur la mobilité bancaire le 6 février 2017, il est naturel de se demander si celle-ci a modifié ou non les habitudes des français en matière de changement de banque.

L’étude réalisée par Next Content fin décembre 2017 pour SAB et CGI, auprès d’un échantillon de 1 000 français représentatifs de la population connectée à Internet (en perspective de l’événement In Banque 2018 « l’innovation numérique dans la banque » qui se tient le 8 février), nous livre les premiers enseignements suivants :

  • En 2017, la part des Français connectés déclarant avoir changé de banque principale au cours de l’année s’élève à 5%. Ce taux ne présente pas de différence avec la vague d’interviews réalisée fin décembre 2016. A noter que ce taux est 2 fois plus élevé chez les clients âgés de moins de 35 ans, interviewés fin 2017.
  • A propos du dispositif de mobilité bancaire lui-même, 63% des personnes ayant changé de banque principale au cours de l’année écoulée disent avoir bénéficié de ce dispositif (base : 50 interviewés).
  • Parmi ceux-ci, 72% trouvent que la procédure liée à ce dispositif a été rapide et 79% la juge simple, mais seulement la moitié considère qu’elle a été fiable (sans incidents, oublis…).

Dans ce contexte qui ne favorise pas une progression rapide du poids des banques en ligne comme banque principale, leur attractivité progresse néanmoins, avec 53% des interviewés fin 2017, se disant prêts à utiliser les services d’une banque en ligne exclusivement sur Internet, s’ils devaient changer de banque, contre 45% des répondants à cette étude 12 mois plus tôt.

Parmi les facteurs d’attractivité d’une banque en ligne dans la perspective d’un changement de banque, si la hiérarchie observée en 2016 semble conservée, il faut noter la baisse significative de l’impact des frais bancaires et des commissions et ce qui peut sembler paradoxal, l’augmentation du poids des offres promotionnelles, que l’entrée en vigueur de la loi Macron n’a pas manqué de voir fleurir tout au long de l’année 2017.

Quelles principales raisons pourraient vous conduire à choisir une banque 100% sur Internet ? Vague 2016 Vague 2017
Des frais bancaires et commissions moins élevés 84% 70%
Les offres promotionnelles (carte gratuite, euros offerts pour les nouveaux clients…) 40% 49%
Des services en ligne plus faciles à utiliser 25% 22%
Des taux plus élevés pour l’épargne, des placements financiers plus rémunérateurs 24% 22%
Une assistance en ligne automatisée accessible 24h/24 via messagerie   – 15%
La qualité des services sur mobile 8% 7%
Des outils et conseils numériques que l’on ne trouve pas dans les autres banques 5% 5%

Les écarts relevés entre les vagues 2017 et 2016 sur les autres facteurs ne semblent pas devoir être tenus en considération.

Parmi ceux qui se disent prêts à ouvrir un compte dans une banque 100% Internet, une large majorité seraient également prêts à choisir une banque accessible uniquement depuis une application sur smartphone. Les moins de 35 ans  sont même 18% à déclarer qu’ils n’utilisent déjà que leur smartphone pour leurs services bancaires.

Si l’on regarde, enfin, les freins au choix d’une banque en ligne dans la perspective d’un changement de banque, l’argument tenant à la présence rassurante de l’agence connaît une baisse significative passant de 60% en 2016 à 47% en 2017 et se situe désormais au second plan derrière le fait d’avoir un conseiller référent.

Pourquoi n’êtes-vous pas intéressé(e) par une banque 100% sur Internet ?  Vague 2016 Vague 2017
Une banque avec des agences, c’est plus rassurant en cas de problème 60% 47%
Je souhaite avoir un conseiller référent que je peux rencontrer ou appeler 53% 54%
Pour certaines opérations bancaires, je préfère aller en agence 36% 22%
Je n’ai pas confiance dans la solidité financière des banques sur Internet 15% 20%
Les services en ligne, sur Internet proposés par ces banques ne sont pas meilleurs que ceux des banques avec agences 7% 7%

Cette tendance s’inscrit bien évidemment dans l’évolution des usages qui conduit de moins en moins de clients vers leur agence bancaire. La vague 2017 de l’étude Next Content montre que ce sont désormais 73% des français connectés à Internet qui déclarent se rendre moins d’une fois par mois dans leur agence bancaire. Ils étaient 64% en 2015.

La fréquentation de l’agence de la banque principale

schéma201802_3Source : Etude SAB / CGI réalisée par Next Content – Février 2018
Sur la base des personnes clients d’une banque disposant d’agences

Cette baisse significative observée sur 2 ans confirme sans doute le bienfondé des politiques de re-maillage des réseaux d’agences initié par un grand nombre d’établissements qui, combiné à l’amélioration continue des sites et applications mobiles, peut leur permettre de tenir la promesse d’offrir le meilleur du réseau physique et de l’expérience digitale.

Il faut sans doute laisser un peu de temps à cette réforme de la loi Macron pour qu’elle prenne toute son ampleur et contribue à amplifier le taux de changement de banque principale en France qui se situe en bas de la fourchette des pays européens.