paquetcadeau

J – 109 jours avant l’entrée en vigueur de l’article 43 de la loi Macron. Il est temps pour les établissements de se mettre en ordre de marche pour être en mesure de répondre aux premières demandes des consommateurs qui ne tarderont pas après le 6 février 2017.

Cette préparation, à l’instar de beaucoup de projets impactant les moyens de paiements, nécessite la coordination de nombreux acteurs et un pilotage central ayant une vision d’ensemble :

  • L’adhésion à la messagerie SEPAmail et son application Aigue-Marine, dédiée à la mobilité.
  • Le choix d’un prestataire technique référencé permettant à l’établissement d’être atteignable via cette messagerie sécurisée. Ayant fait au préalable l’objet d’une homologation technique SEPAmail, ce prestataire  a en charge la conduite de l’homologation fonctionnelle de l’établissement, qui peut être assurée sans solliciter le système d’information (SI) de la banque.
  • L’installation, le paramétrage, la recette de l’application chargée d’automatiser la collecte des données dans le SI, la mise au format des flux normés et leur mise à disposition du prestataire technique choisi.
  • L’interfaçage de cette application avec le ou les canaux de banque digitale (site internet, application mobile…), proposant aux clients de traiter tout ou partie de l’entrée en relation. Ce processus stratégique doit en effet être complété de la proposition du nouveau dispositif apporté par la loi Macron et de l’élaboration et la signature du mandat de mobilité ad-hoc.
  • La personnalisation d’une prestation métier de Mobilité Bancaire, chargée de traiter, dans certains cas, l’information directe des émetteurs de prélèvement.
  • La conduite du changement en interne auprès des équipes de front comme de back-office pour s’assurer de la bonne prise en compte du nouveau dispositif et des délais réglementaires associés.

A l’heure où SAB démarre la livraison à ses clients de son module réglementaire relatif à la mobilité bancaire loi Macron, il apparaît comme une évidence que la puissance de l’enjeu d’acquisition de nouveaux clients, la diversité des acteurs et des tâches identifiées pour sa mise en œuvre justifient le recours par les établissements à un accompagnement externe.

Impactant de nombreux domaines au cœur de la banque ou de l’établissement de paiement, comme le marketing, le réseau de distribution, la conformité, l’organisation, la DSI et le métier paiement, la conduite de ce projet par un cabinet de conseil est le garant de fréquents va-et-vient entre la vision stratégique et le processus opérationnel, dans le respect d’un planning figé.